Chargement...
Exploration de la politique budgétaire : Le volant de l'économie américaine
9 moiss passé par Gabriel Kowalski

Comment la politique budgétaire façonne l'économie

Alors que les paysages économiques mondiaux continuent d'évoluer, l'importance de comprendre la politique budgétaire ne peut être surestimée. Cet instrument puissant de gestion macroéconomique, déployé par les gouvernements du monde entier, influence nos économies, nos sociétés et nos vies individuelles de manière profonde. Dans cette exploration approfondie, nous plongerons dans ce qu'est la politique budgétaire, comment elle est élaborée et mise en œuvre, ses impacts potentiels et des exemples tirés de scénarios économiques réels. Chez Investora, notre objectif est de fournir un guide complet et captivant, éclairant cet aspect crucial de la gouvernance économique.

Les fondements de la politique budgétaire : Un bref aperçu

La politique budgétaire consiste essentiellement en le plan du gouvernement pour gérer ses revenus (par le biais de la fiscalité) et ses dépenses afin d'influencer l'économie dans son ensemble. Cet instrument politique clé vise des variables macroéconomiques, notamment la demande globale, les niveaux d'emploi, les taux d'inflation et les taux de croissance économique.

Lors de périodes de ralentissement économique, un gouvernement peut choisir de réduire les taux d'imposition ou d'augmenter les dépenses publiques, stimulant ainsi la demande et dynamisant l'activité économique. En revanche, en période de pression inflationniste, un gouvernement pourrait augmenter les taux d'imposition ou réduire les dépenses, ralentissant ainsi l'élan économique.

L'approche de la politique budgétaire contraste avec celle de la politique monétaire, qui relève principalement des banques centrales plutôt que des élus du gouvernement.

Plongée dans les mécanismes de la politique budgétaire

La naissance de la politique budgétaire moderne peut être largement attribuée aux idées proposées par le célèbre économiste britannique John Maynard Keynes (1883-1946). Il a proposé que les ralentissements économiques n'étaient pas auto-correcteurs, comme le soutenaient les économistes classiques, mais étaient plutôt le résultat d'une demande globale insuffisante - les dépenses combinées des consommateurs, des entreprises et du gouvernement.

Keynes a défendu le rôle de l'intervention proactive du gouvernement par le biais de la politique budgétaire, arguant qu'elle pouvait compenser les insuffisances du secteur privé, stabiliser les cycles économiques et réguler la production économique. Ses théories, nées de la nécessité de remédier aux ravages économiques de la Grande Dépression, ont contribué à façonner le New Deal aux États-Unis, une initiative politique globale comprenant d'importants projets d'œuvres publiques et des programmes de protection sociale.

Les keynésiens soutiennent que les dépenses du secteur privé - un élément clé de la demande globale - sont sujettes à la volatilité et peuvent être indûment influencées par des facteurs psychologiques et émotionnels, entravant ainsi une croissance économique soutenue. Ils estiment que la politique budgétaire, par une gestion mesurée de la fiscalité et des dépenses publiques, peut aider à contrer ces fluctuations, offrant ainsi stabilité à l'économie.

La politique budgétaire comme mesure corrective

Dans un scénario où les dépenses du secteur privé chutent, le gouvernement peut intervenir en dépensant davantage et/ou en réduisant la fiscalité, stimulant ainsi directement la demande globale. En revanche, si les dépenses du secteur privé deviennent excessivement exubérantes, entraînant un surchauffement économique potentiel, le gouvernement peut réagir en réduisant ses dépenses et/ou en augmentant les impôts pour modérer la demande globale.

Ainsi, une politique budgétaire équilibrée implique la gestion de déficits budgétaires importants pendant les périodes de ralentissement économique et de surplus budgétaires lorsque l'économie est en expansion - on les appelle respectivement politiques budgétaires expansionnistes et restrictives.

Diverses approches de la politique budgétaire et leurs impacts

La puissance de la politique expansionniste

Considérez une économie en proie à une récession. Le gouvernement, dans ce cas, pourrait choisir de mettre en œuvre des mesures de relance fiscale ou d'augmenter les dépenses publiques pour stimuler la demande globale et relancer la croissance économique.

En réduisant les impôts, les individus ont plus de revenus disponibles à dépenser ou à investir, ce qui stimule à son tour la demande. Cette demande accrue incite les entreprises à embaucher davantage d'employés, réduisant le chômage et déclenchant un cycle bénéfique d'activité économique. De même, une augmentation des dépenses publiques sur des initiatives telles que le développement des infrastructures peut créer des opportunités d'emploi, stimulant davantage la demande et la croissance.

Cependant, de telles politiques budgétaires expansionnistes entraînent souvent des déficits budgétaires, une situation où les dépenses du gouvernement dépassent ses revenus.

La nécessité de la politique restrictive

D'autre part, lorsque l'économie montre des signes de surchauffe, avec une inflation galopante et d'autres symptômes expansionnistes, un gouvernement peut adopter une politique budgétaire restrictive. Cela implique d'augmenter les impôts, de réduire les dépenses publiques, voire de diminuer les salaires ou les emplois dans le secteur public. Bien que cela puisse induire une brève récession, cela contribue à rétablir l'équilibre du cycle économique.

La politique budgétaire restrictive est généralement caractérisée par des excédents budgétaires, mais elle est moins couramment utilisée en raison de son impopularité auprès des électeurs. Ainsi, dans les situations de croissance insoutenable, la politique monétaire restrictive, impliquant des taux d'intérêt plus élevés et une offre monétaire limitée, est souvent privilégiée comme mesure de refroidissement.

Instruments de l'approche budgétaire restrictive

Si une économie montre des signes de surchauffe, avec une inflation galopante et d'autres symptômes d'expansion, un gouvernement peut mettre en place des mesures budgétaires restrictives. Cela pourrait même déclencher une brève récession économique pour rétablir l'équilibre dans le cycle économique.

Une telle politique peut se manifester par une augmentation des impôts, une réduction des dépenses publiques et une diminution des emplois ou des salaires dans le secteur public. Contrairement à la stratégie budgétaire expansionniste, souvent associée à des déficits de dépenses, la politique budgétaire restrictive aboutit généralement à des excédents budgétaires. Cependant, en raison de son impopularité politique, cette stratégie est rarement utilisée.

Les concepteurs de politiques sont souvent confrontés à des incitations variables lorsqu'ils décident d'adopter une politique budgétaire restrictive ou expansionniste. Par conséquent, la stratégie privilégiée pour freiner une croissance insoutenable est généralement la politique monétaire restrictive, qui implique que la Réserve fédérale augmente les taux d'intérêt et restreigne l'offre de monnaie et de crédit pour atténuer l'inflation.

Possibles écueils d'une stratégie expansionniste

Les critiques de la politique budgétaire expansionniste portent souvent sur la croissance des déficits. Les détracteurs font valoir que l'endettement excessif du gouvernement peut entraver la croissance et peut finalement nécessiter des mesures d'austérité nuisibles.

Un contingent d'économistes conteste l'efficacité des politiques budgétaires expansionnistes, arguant que l'augmentation des dépenses publiques fait souvent concurrence à l'investissement du secteur privé.

De plus, les politiques expansionnistes sont souvent politiquement populaires, ce qui, selon certains économistes, peut entraîner des conséquences néfastes. Il est difficile de revenir politiquement sur les mesures de relance budgétaire, qu'elles atteignent ou non les effets macroéconomiques souhaités. La préférence du public pour des impôts plus bas et des dépenses publiques plus élevées entraîne souvent un biais constant en faveur d'un endettement presque constant, souvent justifié comme bénéfique pour l'économie.

À terme, la croissance économique peut devenir insoutenable. L'augmentation des salaires peut entraîner une inflation, et la formation de bulles spéculatives présente ses propres risques. Une forte inflation et le risque de défauts généralisés lorsque les bulles de dette éclatent peuvent avoir un impact dévastateur sur l'économie. En réponse, les gouvernements ou les banques centrales peuvent changer de cap et chercher à contracter l'économie.

L'interaction entre la politique budgétaire et la politique monétaire

La politique budgétaire, qui comprend les mesures prises pour stimuler ou ralentir l'activité économique en utilisant la fiscalité et les dépenses publiques, relève du gouvernement. En revanche, la politique monétaire relève du domaine de la Réserve fédérale américaine et implique des actions entreprises pour augmenter ou réduire la liquidité par le biais de l'offre de monnaie nationale.

L'objectif des actions de la Réserve fédérale est de "promouvoir le plein emploi, la stabilité des prix et des taux d'intérêt à long terme modérés" - des objectifs économiques énoncés par le Congrès. Les outils que la Fed utilise pour manipuler la liquidité (et ainsi influencer les dépenses et l'emprunt des consommateurs) comprennent l'achat ou la vente de titres sur le marché ouvert, les prêts aux institutions de dépôt via sa fenêtre d'escompte, l'augmentation ou la réduction du taux d'escompte ou du taux des fonds fédéraux, l'établissement d'exigences de réserve pour les banques et les accords de liquidité avec les banques centrales.

Supervision de la politique budgétaire

La politique budgétaire aux États-Unis est gérée à la fois par le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif. Au sein du pouvoir exécutif, le Président et le Secrétaire du Trésor occupent les rôles les plus influents. Cependant, les présidents modernes s'appuient souvent sur un Conseil des conseillers économiques.

Le pouvoir législatif, plus précisément le Congrès des États-Unis, a le pouvoir d'autoriser les impôts, d'adopter des lois et d'allouer des dépenses pour les mesures de politique budgétaire. Ce processus nécessite la participation, la délibération et l'approbation de la Chambre des représentants et du Sénat.

L'impact différencié de la politique budgétaire

L'impact de la politique budgétaire est souvent réparti de manière inégale entre différents groupes. Les orientations politiques et les objectifs des décideurs politiques peuvent influencer qui bénéficie d'une réduction d'impôts. Par exemple, une réduction d'impôts peut principalement profiter à la classe moyenne, qui représente généralement le groupe économique le plus important. Lors de ralentissements économiques et d'augmentations d'impôts, ce même groupe peut supporter un fardeau fiscal plus lourd que la classe supérieure plus fortunée.

Les ajustements des dépenses publiques peuvent également affecter des groupes spécifiques. Par exemple, la décision de construire un nouveau pont fournirait de l'emploi et des revenus supplémentaires à des centaines de travailleurs du bâtiment. Cependant, la décision d'allouer des fonds pour construire une nouvelle navette spatiale ne profiterait qu'à un groupe restreint de spécialistes et d'entreprises, ayant un impact minime sur l'ensemble des niveaux d'emploi.

Remarques finales

Le gouvernement américain oriente la politique budgétaire dans le but de maintenir une économie saine et équilibrée. Les principaux outils pour y parvenir sont les ajustements des taux d'imposition et des dépenses publiques.

En période de ralentissement ou de récession économique, le gouvernement peut stimuler l'activité en réduisant les impôts ou en augmentant les dépenses dans divers programmes gouvernementaux. En revanche, lorsque l'économie est trop active et que l'inflation est une menace, le gouvernement peut choisir d'augmenter les impôts ou de réduire les dépenses. Cependant, ces mesures sont généralement impopulaires auprès des politiciens cherchant à être réélus, ce qui pousse le gouvernement à s'appuyer sur la Réserve fédérale pour mettre en œuvre des mesures de politique monétaire visant à freiner l'inflation.

La maîtrise de la politique budgétaire est un équilibre délicat entre la compréhension des besoins uniques de l'économie à différents moments et la prise de décisions éclairées pour naviguer à travers ces fluctuations. C'est une approche dynamique et complexe qui façonne grandement le paysage économique et a un impact sur la vie de millions de personnes.


  • Partager cet article
Gabriel Kowalski
Gabriel Kowalski
Auteur

Gabriel Kowalski est un trader accompli, un stratège financier et un écrivain captivant. Avec plus de 15 ans d'expérience dans le trading forex, l'analyse technique et le secteur financier dans son ensemble, les connaissances de Gabriel sont à la fois étendues et polyvalentes. Il est connu pour ses analyses perspicaces des tendances du marché et sa capacité à expliquer de manière accessible des concepts financiers complexes. Ses domaines de spécialisation comprennent le trading forex, les actualités du marché et les tendances économiques. L'objectif principal de Gabriel chez Investora est de donner aux lecteurs les connaissances nécessaires pour prendre des décisions financières éclairées. Lorsqu'il ne décortique pas les marchés financiers, Gabriel aime la randonnée et la photographie.


Découvrez d'autres articles connexes